Les compétitions sportives internationales et le MICE font-ils bon ménage ?

3 questions à se poser avant de travailler avec un influenceur
7 décembre 2017
Voir tout

Les compétitions sportives internationales et le MICE font-ils bon ménage ?

Les compétitions sportives internationales et le MICE font-ils bon ménage ?

Coupes du mondes, jeux olympiques… les rencontres sportives internationales déchaînent les passions et ont toujours eu un impact considérable sur les destinations qui les accueillent. Positives ou négatives, ces événements de grande envergure ont des conséquences sur l’économie globale d’un pays, ainsi que sur son activité MICE.

 

Le positif

1. Avant tout, l’image de la destination. Une ville ou un pays qui se voit accueillir une compétition sportive internationale pourrait bénéficier d’une image d’ouverture, d’attractivité, de professionnalisme dans l’accueil d’événements internationaux, de flexibilité, d’adaptation à un cahier des charges précis et contraignant, tant de qualités nécessaires pour un pays car recherchées par les organisateurs d’événements. En résumé, une destination qui réussit à accueillir avec succès un événement de cet ampleur sera tout à fait capable d’accueillir les incentives, les séminaires, les conventions et congrès.

« ouverture, attractivité, professionnalisme »

 

2. Deuxième avantage : la visibilité. Accueillir une coupe du monde ou des jeux olympiques est un véritable coup de projecteur sur la destination hôte, autant sur ses paysages que sur ses infrastructures, son architecture, son patrimoine, sa population… bref, c’est LE moment pour un pays de montrer ses plus beaux atouts. Et cette visibilité commence dès l’annonce officielle de la destination. Souvenez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps… 13 septembre 2017, désignation de Paris pour l’organisation des JO de 2024. Le monde entier a les yeux rivés sur la capitale française. « Paris 2024 » apparait sur tous les JT, une campagne d’affichage massive sur l’ensemble du territoire, des vidéos promotionnelles à la télévision et sur les réseaux sociaux. Paris (re)devient le centre de toutes les attentions, et cette fois-ci en positif ! De quoi donner des idées aux sociétés du monde entier pour organiser leurs événements dans la prochaine ville olympique.

« coup de projecteur sur ses paysages, ses infrastructures, son architecture, son patrimoine, sa population »

 

 

Paris 2024 (source : paris2024.org)

 

Actuellement, c’est la Corée du Sud qui marque des points avec les JO d’hiver qui se déroulent à la perfection à PyeongChang. Le Pays du Matin calme renforce davantage son image de destination moderne et à la pointe de l’innovation – avec ce nouveau record du monde de vol de drones avec 1218 appareils qui ont dessiné des figures dans la nuit lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques –, mais aussi de tradition et d’ouverture avec ce défilé remarqué de la délégation coréenne (Nord et Sud) sous un seul et unique drapeau, symbole de réunification. Et l’effet « JO » fonctionne : nous* avons déjà reçu plusieurs demandes d’information sur la destination d’agences MICE que ces dernières souhaitent proposer à leurs clients.

* Interface MICE représente la Corée du Sud en France sur le volet MICE depuis avril 2017

 

Une nuée record de 1218 drones dessine les anneaux olympiques à PyeongChang (Source :  Intel Corp.)

 

Bientôt, ce sera au tour de la Russie (Coupe du Monde de Football 2018), du Japon (Coupe du Monde de Rugby en 2019 et JO de Tokyo en 2020) et du Qatar (Coupe du Monde de Football 2022) de jouir de cet engouement.

3. Les infrastructures : Une des conditions majeures pour accueillir une manifestation sportive internationale est d’avoir les infrastructures suffisantes et adéquates pour accueillir les athlètes, les délégations et les supporters. Chaque événement sportif s’accompagne donc d’un vaste plan d’investissements, à la fois des autorités publiques mais aussi des acteurs privés, pour construire, rénover mais également innover. Ces manifestations sont donc un véritable bol d’air frais pour les destinations d’accueil.

« construire, rénover et innover »

 

L’Ecosse * en est un bon exemple. 2014 fût une année exceptionnelle pour le pays. En effet, le pays a accueilli cette même année les Jeux du Commonwealth à Glasgow en juillet 2014, puis la Ryder Cup à l’hôtel Gleneagles deux mois suivants les Jeux. A cette occasion, plusieurs hôtels ont été rénovés, et plusieurs établissements ont vu le jour, comme le SSE Hydro, une arène/salle de concert de 13 000 places située à côté du centre de congrès de Glasgow, dans laquelle s’est notamment tenue la finale de netball durant les Jeux. Ce nouveau lieu moderne et fonctionnel est désormais utilisable par les organisateurs d’événements. Il a d’ailleurs déjà accueilli de grandes cérémonies de remises de prix, ou encore des concerts de musique.

* Interface MICE représente VisitScotland Business Events en France depuis 2012

 

A gauche le centre de congrès de Glasgow (SEC), à droite le SSE Hydro (source : The SSE Hydro)

 

Plus dans l’actualité, les JO d’hiver de PyeongChang ont permis une nette amélioration de l’accessibilité de certaines régions de Corée du Sud, avec notamment l’ouverture d’une nouvelle ligne de train à grande vitesse reliant l’aéroport d’Incheon et Séoul aux principales villes où se déroulent les Jeux, en réduisant des trajets – qui prenaient 5h – à 1h30 seulement.

Trajet en KTX (le train à grand vitesse coréen) de l’aéroport d’Incheon à PyeongChang (Jinbu Station) en seulement 2h, contre 5h30 en train normal (source : nowpyeongchang.com)

 

Le négatif

Les prix et disponibilités : C’est le revers de la médaille (sans mauvais jeu de mots). Qui dit forte demande dit augmentation des prix. Nous avons bien entendu d’un côté les professionnels du tourisme locaux qui voient en ces événements une aubaine pour leur business ; mais il est connu que ces compétitions sportives internationales soient bien souvent synonymes de période « noire » pour les touristes et organisateurs d’événements. En effet, les prix des chambres d’hôtels et des billets d’avions peuvent parfois tripler… si tant est que vous trouviez de la disponibilité. Les prix flambent, et les disponibilités se font rares, même si vous vous y prenez plus d’un an à l’avance.

Nous pouvons citer l’exemple d’Abu Dhabi * et de son Grand Prix de Formule 1 annuel de novembre. Nous recommandons systématiquement aux organisateurs d’événements d’éviter cette période pour des raisons de budget et de disponibilité. Mais en dehors de ces dates, la destination est bien évidemment parfaite pour des incentives, séminaires, congrès ou autres événements d’entreprise.

* Interface Tourism France représente Abu Dhabi Tourism & Culture Authority en France

 

Grand Prix de Formule 1 d’Abu Dhabi, Yas Marina Circuit, Abu Dhabi, UAE, Samedi 22 novembre 2014 (source : formula1.com)

 

Cela dit, petite exception pour les agences MICE spécialisées dans les événements sportifs, qui pour ce type de compétition internationale ont généralement l’exclusivité sur la vente de billets. L’agence Eventeam est le maitre en la matière, qui par exemple a été sélectionnée pour être l’agence officielle et exclusive pour la vente de billets pour le JO d’hiver de PyeongChang.

La « mauvaise » publicité / les polémiques : C’est le risque lorsque le monde nous regarde. Le moindre faux pas et c’est la catastrophe. Du moins en termes de « publicité ». Le Brésil avec les JO 2016 de Rio et la Russie avec les JO d’hiver 2014 de Sotchi ont été victimes de ce revers post JO.

Environ un an après les JO de Rio, la situation économique et sociale de la ville n’a pas évolué, voire a empiré : état en faillite, salaires et retraites non payés, services publics à l’abandon, stades en ruines, insécurité… l’Etat brésilien prépare d’ailleurs un plan d’austérité sans précédent. Une publicité dont se serait bien passé le pays, et qui aura inévitablement un impact sur la venue des entreprises pour leurs événements.

 

Le bassin olympique, le 5 février 2017 (source : Démotivateur © Pilar Olivares)

 

La Russie quant à elle a fait face à plusieurs polémiques. Parmi elles, la désignation même de la ville de Sotchi par le comité olympique face à Salzbourg (Autriche) et PyeongChang (Corée du Sud) qui avait interpellé pour des raisons budgétaires. En effet, la ville partait de zéro en termes d’infrastructures sportives, et était dotée d’un réseau de transport peu moderne, idem pour son aéroport. Résultat : ces JO ont été les plus chers de l’histoire avec une facture totale s’élevant à 37 milliards d’euros (bien loin des 9 milliards annoncé initialement par Vladimir Poutine), ce qui a naturellement laissé place à des soupçons de corruption.

Sotchi en avril 2005 (source : Google Earth)

 

Sotchi en janvier 2014 (source : Google Earth)

 

Les JO de Sotchi plus chers que l’ensemble des six dernières olympiades hivernales additionnées

 

Saviez-vous que la France est championne du monde des événements sportifs ?

Ces 25 dernières années, la France a essuyé plusieurs échecs certes, mais le pays enchaine bel et bien les grandes compétitions sportives. L’Hexagone est le seul pays au monde à avoir organiser une Coupe du monde de football (1998), un Euro (2016), deux mondiaux de rugby (2007 et 2023) et les Jeux Olympiques d’été (2024). Cocorico !

fr_1321 (noir & blanc)

Tahina Randriamandranto

Directeur de comptes MICE

Envoyer un email

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×