On réagit… Au poids du tourisme dans le PIB des destinations

Cecile Lacroute Account Manager
Récit – Workshop Chili & Partenaires
2 mai 2017
Marie Sauvestre Social Media Manager
Brand Content : il est temps de se mettre à la vidéo !
19 juin 2017
Voir tout

On réagit… Au poids du tourisme dans le PIB des destinations

Julie Geoffroy Development Director Interface Tourism

On réagit… Au poids du tourisme dans le PIB des destinations

Une industrie en pleine croissance…

Selon le baromètre de l’OMT, les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 3,9% en 2016 par rapport à l’année précédente, pour atteindre un total de 1 milliard 235 millions. Un chiffre en augmentation régulière depuis des décennies et ininterrompue depuis la crise de 2009, à mettre en perspective avec les 25 millions de touristes internationaux de 1950, ou même les 935 millions en 2010 !

Avec une croissance moyenne supérieure à 15 millions de touristes par an, le tourisme international est l’un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde, pour atteindre 1260 milliards USD en 2015, et représenter 10,2% du PIB mondial.

Carte - Travel & Tourism Economy 2017

A partir des données du Forum Economique Mondial, une carte publiée fin avril 2017 répertorie la part du tourisme dans le PIB de 70 pays, des Etats-Unis au Vietnam en passant par l’Autriche ou la Namibie. On y apprend que le pays le plus dépendant de l’industrie touristique est Malte, puisqu’avec 1,4 milliard USD, le secteur représente plus de 15% du PIB global !

Le top 5 est complété par la Croatie (4,9 milliards USD, soit 10% du PIB), la Thaïlande (36,4 milliards USD, soit 9,3%), la Jamaïque (1,2 milliards USD, soit 8,9%) puis l’Islande (1,3 milliards USD, soit 8,2%).

A noter également que dans les pays où l’industrie touristique est la plus importante (les Etats-Unis en tête avec 488 milliards USD, la Chine avec 224, l’Allemagne avec 130, le Japon avec 106, le Royaume-Uni avec 103), le secteur ne représente qu’entre 2,1 et 3,9% du PIB global. La France n’arrive qu’en 6° position avec 89,2 milliards USD (3,7% du PIB).

… mais à plusieurs vitesses.

En comparant ces données avec le rapport publié en 2011 (chiffres de 2010), on se rend compte que la courbe de progression est inégale selon les pays concernés. Malte a ainsi gagné plus de 5 points entre 2010 et 2016, pendant que sur la même période, la Croatie, les Etats-Unis ou encore le Japon déclinaient, à la fois en valeur absolue mais également en part de PIB.

L’enseignement global de cette comparaison est que, hormis les quelques exceptions que l’on vient de voir, la part de l’industrie touristique dans les PIB respectifs reste relativement stable, et ce malgré des croissances sectorielles parfois très fortes comme celle de la Chine, qui est passée en 2010 de 113 milliards USD à 224 milliards en 2016 – et une proportion toujours similaire de 2,1% du PIB global.

************

Le gâteau du tourisme mondial grossit toujours plus chaque année…

L’histoire du tourisme varie selon chaque destination, et certains pays font figure de précurseurs, attirant massivement les touristes du monde entier depuis des années. Il est alors facile et tentant de rester sur sa conviction que les touristes continueront encore et toujours de venir, sans chercher à renouveler son image, inventer de nouveaux produits, ou faire émerger de nouveaux lieux de visite. Mais le danger guette : chaque année, de nouvelles destinations arrivent sur le marché de la promotion.

Il y a 50 ans, un petit nombre de pays envoyait des touristes dans un petit nombre de destinations.

Il y a 25 ans, un petit nombre de pays envoyait des touristes dans un grand nombre de destinations.

Aujourd’hui, un grand nombre de pays envoie des touristes dans un grand nombre de destinations.

Demain, tous les pays enverront des touristes dans toutes les destinations.

 

… et de plus en plus de pays cherchent à avoir une part !

Le voyageur a de plus en plus de choix, et des destinations jusqu’alors méconnues sur le plan touristique cherchent aujourd’hui à combler leur retard. Elles ont pris conscience que la concentration d’une économie nationale vers un nombre trop restreint de secteurs représentait un vrai risque en cas de crise.

Bahrein - Isa Bin Ali House

Bahrein – Isa Bin Ali House

C’est ainsi que, depuis quelques années, des pays comme le Bahreïn ou le Qatar ont pris des mesures pour diversifier leur économie, et ne plus dépendre autant de l’énergie. D’autres destinations veulent élargir leur profil de clientèle et profiter de l’augmentation générale des flux touristiques internationaux ; on peut ainsi citer l’exemple de Singapour, qui cherche à se positionner comme une destination à forte valeur ajoutée pour une escale de quelques jours afin d’attirer des européens en voyage vers l’Asie ou l’Océanie.

Mais les destinations « nouvelles » ne sont évidemment pas les seules à vouloir accroître leurs parts de marché, et bon nombre de destinations installées depuis plus longtemps dans le secteur ont bien compris qu’il fallait ne pas tomber dans l’écueil de l’immobilisme, qui finit immanquablement par provoquer une baisse de fréquentation, et par conséquent de recettes.

Après quelques années à la fréquentation mitigée, le Québec a ainsi choisi de se positionner fortement comme une destination multi-cibles mettant en avant des expériences très distinctes suivant les saisons de voyage. Lisbonne, destination devenue très à la mode, a défini une stratégie de diversification, mettant en avant de nouveaux angles sur la richesse de la ville, au-delà des traditionnels city-breaks, pour encourager les visites des « repeaters ».

************

Le tourisme, un poids-lourd dans les économies nationales… et l’emploi !

Si de nombreuses destinations ont compris l’importance du secteur touristique dans une économie nationale et donc dans l’emploi, on peut toujours déplorer que certaines régions (on pense notamment à l’Afrique) soient toujours en retard sur ce point.

C’est d’autant plus regrettable que, et même s’il ne peut résoudre tous les maux du monde, comme l’a dit Peter De Wilde, président de la Commission Européenne du Tourisme : « Tourism is a Tool for Tolerance, And We Need More Of That ! »

Québec - Parc National des Hautes Gorges de la Rivière Malbaie - Copyright Carbonneau-Pierre

Copyright: Carbonneau Pierre

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×